Archives de la catégorie ‘On y était’

Bernard Hopkins v Sergey Kovalev

La boxe appartient à ceux qui se lèvent tôt… Ou à ceux qui ne se couchent pas. Ce matin, hanté par le souvenir de mes assoupissements malvenus devant Mayweather-Maidana II, expérience traumatique d’after party, j’ai tout misé sur un réveil aux aurores.

Mon collègue du Ring & la Plume se fera une joie de témoigner en ma faveur. Un peu inquiet, il a pourtant vu débarquer bibi à 4h45 pétantes, frais comme un gardon dans son uniforme jogging et t-shirt blanc (seuls les vrais savent !). (suite…)

gennady-golovkin-vs-marco-antonio-rubio-12-photo-by-naoki-fukuda

Boum ! Hier soir au StubHub Center de Carson, Californie, Gennady Golovkin a scoré un 28e KO en 31 combats. Marco Antonio Rubio (57 victoires, 7 défaites, 1 nul) s’était pourtant présenté confiant en conférence de presse. Le « vrai » mexicain, c’était lui et il allait le démontrer. Le droit du sang, en somme. (suite…)

Scott Heavey - Getty Images

Scott Heavey – Getty Images

Vendredi 19 septembre 2014, 9h, petit déjeuner.

Moi : cette fois, c’est non ! Ras-le-bol des avant-matchs à la sauce art divinatoire. Cela dit, Christopher et George méritent bien qu’on parle un peu de leur combat. Un Français à Wembley, c’est pas commun. Et puis, on demande à voir l’état de Groves, qui sort de 17 rounds de poésie avec Carl Froch. Qu’ont-ils dans la tête ces deux hommes-là ?

Christopher : purée, la pression demain soir. Sky Sports, Wembley, le pointage à l’anglaise. Rien à perdre, objectif KO, comme en Italie.

George : Wembley, c’est chez George. Je vais ratatiner le froggy. Puis je retrouverai l’autre vieux serpent. Qu’il s’avise pas de raccrocher les gants l’ancien, pas avant que je lui passe une nouvelle peignée. (suite…)

pacquiao-mayweather

En boxe, les journalistes ont déjà usé jusqu’à la moelle l’expression « combat du siècle ». Permettez-nous alors de choisir « combat du millénaire » pour désigner la rencontre entre Manny Pacquiao et Floyd Mayweather. On l’attendait depuis 2009 et l’échec de la première négociation. Les deux poids welters ont finalement choisi un terrain neutre, Cardiff, pour croiser les gants et ont convenu de contrôles anti-dopages inopinés jusqu’à la veille du combat. Le samedi 25 janvier 2014, l’affrontement a eu lieu et, au-delà du résultat, cette apogée pugilistique a tenu ses promesses.

(Premier épisode : Pacquiao vs. Mayweather – ep. 1 : that’s boxing!)

Reportage de notre envoyé spécial à Cardiff, Jim Caraghi (traduit de l’anglais par Félix Barrès).

Jour J. pour Manny, pour Floyd et pour les millions de fans de boxe dont je fais partie. Dans le hall de l’hôtel Shedam, le pool des journalistes accrédités ressemblait à l’état-major d’un pays en guerre. Honnêtement, je n’avais jamais vu ça, autant de stress concentré dans quelques mètres carrés. J’ai failli me prendre une beigne en voulant checker un collègue au téléphone avec son boss. Évidemment, moi, gratte-papier, je me la jouais cool. De toute façon, je n’avais pas réussi à obtenir d’interviews le jour du combat et on ne me laisserait pas foutre les pieds dans les vestiaires ou approcher les boxeurs. Mon boulot c’était de « prendre la température », « capter la couleur »…  Je plaignais les gars de la télé, plantés déjà devant l’hôtel à raconter des conneries aux chaînes d’infos continues : « En ce moment, Manny Pacquiao doit répéter une dernière fois ses gammes sur le ring avec son coach… blablabla », et ça allait durer toute la journée. (suite…)

pacquiao-mayweather

En boxe, les journalistes ont déjà usé jusqu’à la moelle l’expression « combat du siècle ». Permettez-nous alors de choisir « combat du millénaire » pour désigner la rencontre entre Manny Pacquiao et Floyd Mayweather. On l’attendait depuis 2009 et l’échec de la première négociation. Les deux poids welters ont finalement choisi un terrain neutre, Cardiff, pour croiser les gants et ont convenu de contrôles anti-dopages inopinés jusqu’à la veille du combat. Le samedi 25 janvier 2014, l’affrontement a eu lieu et, au-delà du résultat, cette apogée pugilistique a tenu ses promesses.

Reportage de notre envoyé spécial à Cardiff, Jim Caraghi (traduit de l’anglais par Félix Barrès).

« Ça, c’est la boxe ! » (That’s boxing !) C’est la phrase de mon pote et collègue, Ian Strampf, de la BBC, les larmes aux yeux depuis son poste de commentateur. Hier soir, au Millenium stadium de Cardiff, le tableau avait de quoi faire rougir un Michel-Ange : 50 000 fans du noble art, debout sur leurs sièges, rugissant de plaisir dans l’arène ; au centre, deux gladiateurs à demi-nus, muscles saillants, se rendant coup pour coup et prêts à mourir sur le ring.

Cette scène, les amateurs de boxe l’ont sûrement vu des centaines de fois mais pas comme ça. Pas avec un tel enjeu. Pas avec deux hommes qui jurent posséder jalousement l’unique clé de leur art, comptant assez de ceintures pour rhabiller tous leurs malheureux adversaires. Pas avec 7 millions de pay-per-view à 70 dollars vendus par HBO et plus de 20 millions dans le monde. Pas avec la reine d’Angleterre, le président des Philippines et celui des États-Unis côte à côte, au bord des cordes. Un combat mythique entre deux géants du coup de poing. (suite…)

miguel-cotto-vs-sergio-martinez-02-photo-by-naoki-fukuda

Miguel Cotto a beau être un petit bonhomme, c’est Sergio Martinez qui a les genoux en mousse. Dur pour un type dont la boxe repose sur le mouvement permanent et le jeu de jambes qui va avec.

La soirée d’hier au Madison Square Garden vaut tous les diagnostics médicaux : ses jambes ne le portent plus. En témoigne le festival de chutes et de glissades observé pendant 10 rounds et tout particulièrement cette première reprise catastrophe qui a vu l’Argentin mordre trois fois la poussière.

Un chemin de croix pour Martinez, une victoire de choix pour Cotto(suite…)

mayweather-vs-maidana-may-3-2014-14-photo-by-naoki-fukuda

En battant sans génie le rugueux Luis « même pas mal » Collazo, Amir « Yes he Khan » reste dans la course pour défier Floyd Mayweather en septembre.

À nouveau, Marcos Maidana risque pourtant de lui damer le pion. Ce combat contre Mayweather, « El Chino » l’avait attendu avec la patience d’un paysan de la pampa. Il l’a abordé avec une détermination monstrueuse. Douze rounds solides. Une pression constante et des coups de marteau peu académiques qui ont fait passer quelques sueurs froides dans les rangs de la Money Team. Floyd l’emporte par décision mais la perf de l’Argentin pourrait lui offrir une seconde chance.

(suite…)