Saul "Canelo" Alvarez : Boxeur, Mexicain, Roux !

Publié: 13 mai 2010 par Felix Barres dans C'est notre pote
Tags:, , , , , , , , , , , , ,

Roux et Mexicain, c’est possible !

Il va falloir apprendre à connaître Saul « Canelo » Alvarez parce que vu son âge et ses ambitions, le boxeur mexicain devrait squatter les hautes sphères du noble art pendant un bout de temps.

A 19 ans, l’étrange rouquin entame déjà sa quatrième année en tant que professionnel : 33 combats, 32 victoires dont 24 par KO et 1 nul. Son dernier succès en date, face à José Miguel Cotto (TKO, 9e round), lors de la réunion du 1er mai où il profitait de la sur-médiatisation du combat Mayweather/Mosley, marque sa véritable entrée dans la course au titre mondial.

Sous le feu des projecteurs de Las Vegas, le nouveau protégé d’Oscar de la Hoya a posé un pied ferme et décidé dans la cour des grands.

"Un boxeador por naturaleza"

Plus au sud, passée la frontière mexicaine, son statut de champion est depuis longtemps gravé dans le cœur de ses compatriotes. Il est l’idole du moment, le nouvel espoir de cette terre fertile où, il y a plus de 20 ans, un autre boxeur passé pro après seulement 15 combats amateur devenait la fierté de tout un peuple : Julio César Chavez.

Saul Alvarez n’a disputé que 20 combats amateurs, il ne lui a pas fallu longtemps pour se faire la main. Comme il le répète dans ses interviews, il est boxeur « por naturaleza », il a la boxe dans la peau.

« De un sólo golpe los madreaba »

Son ascension fulgurante témoigne effectivement d’un destin sportif tout tracé. Tout commence… sur les terrains de foot, lorsque le petit Saul participe aux bastons entre joueurs. Il prend un malin plaisir à se choisir des adversaires plus âgés que lui : « De un sólo golpe los madreaba » (En un seul coup, je les démontais).

Puis, lorsqu’il voit son grand frère mettre les gants, il lui demande de l’entraîner : une semaine plus tard, à 11 ans, il monte sur le ring pour son premier combat amateur. A 14 ans, il remporte pour la deuxième fois consécutive les Olympiades Nationales. A 15 ans, plus aucun amateur ne veut se battre contre « el Canelo », ce qui l’oblige à passer pro : « A los 15 años tuve que debutar como profesional porque ya nadie quería pelear conmigo en amateur. »

Saul connait bien le monde de la boxe pro, ses six grands frères en font déjà partie. La famille établit même un record en faisant résonner sept fois le nom « Alvarez » lors d’une réunion à Guadalajara, leur ville natale. Bref, il y a dans le sang du « Canelo » comme un virus pugilistique.

"Ser alguién en la vida"

Ensorcelé par la boxe – le jeune homme ne pratique aucun autre sport et se distrait seulement en sortant de temps en temps son fusil de chasse –  Saul Alvarez n’est pourtant pas atteint par le syndrome qui transforme les génies en tarés (RIP Edwin Valero). Il a la sagesse des anciens, sûr de ses qualités mais soucieux de mener une vie qu’il veut la plus saine possible pour ne pas gâcher son talent. Il s’est détourné sans peine des plaisirs adolescents pour devenir quelqu’un (« quería ser alguien en la vida »).

Définitivement précoce, il est le père d’une fillette de deux ans qui a achevé d’en faire un homme avec la tête sur les épaules, les pieds sur terre… Parle-t-on toujours d’un boxeur de 19 ans ?

Il suffit de regarder ses combats pour en être convaincu : el Canelo peut devenir quelqu’un. Faussement engourdi, son style repose surtout sur la maîtrise des classiques de l’art et notamment des attaques aux corps. Ses esquives sont précises et ses contres féroces, portés par un vrai punch qui abrège presque toujours les combats. Tous les observateurs s’accordent à souhaiter qu’il cravache encore pour atteindre son meilleur niveau : c’est sentir la marge énorme de progression d’un bijou comme Canelo. Il reste que même en l’état actuel, le jeune poids welter semble difficile à faire plier.

Oscar de la Hoya s’est évidemment jeté sur l’occasion et a réussi à faire signer l’élu mexicain chez Golden Boy début 2010. Le succès populaire du combat contre Camechis au Chiapas (KO au 3e round ; cf. vidéo) en mars dernier a confirmé le flair du promoteur et aiguisé son désir d’introduire Saul Alvarez dans l’univers des pontes de la boxe.

L’intéressé se dit déjà prêt pour Mayweather Jr ou Pacquiao mais rechigne encore à s’estimer à la hauteur de son compatriote Margarito : une vision surréaliste de la hiérarchie mondiale.

Chez Cultureboxe, on n’hésite pas à mettre nos jetons sur la case Saul « Canelo » Alvarez. Qui a dit que les roux portaient malheur ?

felix.cultureboxe@gmail.com

About these ads
commentaires
  1. Elhadj dit :

    c’est la relève avec palmarès énorme, jose benavidez promet aussi.

    • Felix Barres dit :

      C’est vrai que ces deux là sont vraisemblablement des prodiges, et on attend avec impatience les premiers gros combats qui pourront faire d’eux de vrais champions.

      • Cheenta dit :

        Deep down Mike is a good person and is an atohurity in boxing being one of the strongest and brainiest boxers of all time. So, he knows what he is talking about the rising again of Pacquiao. In fact, this thought is shared by other heavyweight boxing greats such as Lennox Lewis, Evander Hollyfields &, Larry Holmes & middleweight legend Marvelous Marvin Hagler. God bless all these good men,

      • Deepika dit :

        Hello there, I found your web site by means of Google even as looking for a rtlaeed matter, your site came up, it seems great. I have bookmarked to favourites|added to bookmarks.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s